La littérature irlandaise

 

Connue comme le royaume des fées, l’Irlande, terre battue par les vents, est un pays à forte identité. Mais c’est un pays malmené et divisé :

- deux langues : gaélique et anglais coexistent.

- deux religions : les protestants au nord, les catholiques au sud.

- deux pays : l’Irlande du Nord (Ulster) rattachée à la Grande-Bretagne et la République d’Irlande (Eire) qui s’étend sur les 26 des 32 comtés totaux.

 

Avant d’aborder la littérature, un éclairage sur l’histoire du pays…

Du 4ème s. av. J.-C. au 7ème siècle ap. J.-C.: les Celtes arrivent sur l’île et y règneront pendant environ 1000 ans.

Du 8ème au 12ème siècle : l’île est régulièrement envahie par les Vikings, puis par les Normands suivis des Anglais.

A partir du 12ème siècle : l’Irlande demeure sous domination anglaise pendant des centaines d’années.

1845-1850 : l'Irlande doit faire face à une famine dévastatrice (maladie de la pomme de terre) qui conduit à la mort ou à l’exode (vers l’Angleterre et les États-Unis notamment) de millions d’habitants.

De 1916 à 1923 : les leaders irlandais organisent le soulèvement de Pâques 1916 pour obtenir l’autonomie. Cette révolte, qui sera par ailleurs sévèrement réprimée par les Anglais, mène à une guérilla indépendantiste puis à la partition : l’État libre d’Irlande (majoritairement catholique) est reconnu par Londres en 1921, mais il est amputé de l’Ulster (majoritairement protestant). Cette situation causera une guerre civile qui durera jusqu’en 1923. Les troubles persisteront pendant des décennies.

1948 : l’Irlande devient officiellement une république en 1948.

2ème partie du 20ème siècle : le pays se modernise rapidement, son économie s’ouvrant largement aux investisseurs internationaux et à l’Europe qu’elle rejoint en 1973, au point de devenir, dès les années 1990, le « Tigre celtique ».

2008 : la crise économique et financière touche l’Irlande de plein fouet. La paix est à peu près installée.

Pour aller plus loin : Histoire de l’Irlande et des Irlandais / Pierre Joannon, 2005, éd. Perrin.

 

Passons à la littérature…

Très longtemps la littérature irlandaise est restée méconnue en France comme ailleurs. Elle demeurait englobée dans la littérature anglo-saxonne alors qu’elle a une réelle spécificité, notamment en raison des multiples souffrances endurées par son peuple. Ces drames ont généré une littérature très prolifique. Proportionnellement, l’Irlande compte énormément d’écrivains. Et plus qu’ailleurs, beaucoup écrivent sous un ou plusieurs pseudonymes.

Les déchirements du pays entre le nord et le sud, entre catholiques et protestants, les grandes vagues de migration et la pesanteur religieuse sont des thèmes récurrents de la littérature irlandaise.

C’est une littérature âpre, vers laquelle on ne se dirige pas facilement, mais qui recèle beaucoup de force et d’émotions. Mis à part l’Allemagne et les Pays Baltes, peu de littératures sont autant empreintes de souffrances et de refoulement.

L’Eglise, a été longtemps très influente, jusqu’à ces dernières années où plusieurs scandales ont ébranlé son pouvoir (pédophilie, stérilisation des femmes les plus pauvres, Magdalene sisters, …). De ce fait, les écrivains furent bien souvent censurés ou s’autocensurèrent : c’est le cas notamment de Bram Stoker qui fut contraint d’installer le château de son vampire hors d’Irlande. D’ailleurs, c’est une particularité des auteurs irlandais de « délocaliser » l’action de leurs romans.

 

Bibliographie non exhaustive et coups de cœur de Francis Bernabé, Librairie Quai des Brumes (Strasbourg) :

Les Cendres d’Angela / Frank McCourt

Chimères ; Histoire de Chicago May ; J’y suis presque / Nuala O’Faolain

Les Filles de la campagne (roman) ; Fille de la campagne (mémoires) / Edna O’Brien

The Ghost marriage ; Meurtres à Pékin,…  / Peter May

L’Obscur / John McGahern

L’Etoile des mers ; Muse / Joseph O’Connor

Delirium tremens / Ken Bruen

Les Iles Aran / John Millington Synge

Les Profanateurs / Michael Collins

Danseur ; Transatlantic ; Zoli ; Et que le vaste monde poursuive sa course folle / Colum McCann

Famine ; Insurrection / Liam O’Flaherty

Pâques sanglantes / Iris Murdoch

Le Pleure-Misère / Flann O’Brien

Eureka street / Robert McLam Wilson

Toute la famille sur la jetée du paradis / Dermot Bolger

Une terre si froide / Adrian McKinty

Testament caché ; Du côté de Canaan, Un long, long chemin / Sebastian Barry

Les Splendeurs de l’Alexandra / William Trevor

Sang-impur / Hugo-Hamilton

Petits romans noirs irlandais (anthologie) / James Joyce, William Trevor, Liam O'Flaherty, Elizabeth Bowen, Brendan Behan, Lord Dunsany, Flann O'Brien, Sean O'Faolain, Nicholas Blake (alias le poète Cecil Day Lewis) sans oublier Peter Cheyney

L’Antarctique ; Les Trois lumières / Claire Keegan

Un acte d’amour / James Meek

Mon traître ; Retour à Killybegs / Sorj Chalandon (un Français qui écrit très bien sur l’Irlande)

Sans oublier…

Dracula / Bram Stoker

Le Portrait de Dorian Gray, … / Oscar Wilde

Pygmalion ; Le Héros et le soldat, … et bien d’autres pièces de théâtre de George Bernard Shaw

Différents poèmes de William Butler Yeats

Gens de Dublin (le plus aisé à lire) ; Ulysse / James Joyce

En attendant Godot ; Fin de partie ; Molloy, … / Samuel Beckett